A l’église

La situation la plus déchirante à laquelle doivent faire face les personnes aux prises avec la maladie coeliaque ou une sensibilité au gluten survient peut-être dans le cadre de leurs pratiques religieuses si celles-ci comprennent la consommation de gluten. Pour certaines confessions, il peut être relativement facile de recourir à des produits sans gluten, alors que pour d’autres, cela peut sembler un problème insoluble.

Selon une étude d’Annette Bentley, 88 % des sujets sur lesquels portait la recherche avaient apporté des modifications à leurs pratiques religieuses après avoir reçu un diagnostic de maladie coeliaque. Bon nombre d’eux ont également indiqué qu’il leur était parfois arrivé de s’écarter de leur régime sans gluten en raison de leurs pratiques religieuses et d’avoir éprouvé certains symptômes par la suite.

Catholicisme

L’Église catholique présente le plus gros défi pour les fidèles qui doivent suivre un régime sans gluten. Elle soutient qu’une hostie entièrement exempte de gluten est invalide pour la célébration de l’Eucharistie (Cardinal Joseph Ratzinger, lettre circulaire aux Présidents des Conférences des Évêques, 24 juillet 2003 [Prot. 89/78-174/98] dans la BCL Newsletter, novembre 2003 [vol. XXXIX], p. 45).

Les personnes atteintes de la maladie coeliaque ou d’intolérance au gluten ont deux options – soit elles célèbrent l’Eucharistie uniquement avec le vin consacré, soit elles ont recours à des hosties à très faible teneur en gluten qu’elles peuvent se procurer de plusieurs sources. Ces hosties particulières, fabriquées avec de l’amidon de blé traité pour éliminer le plus de protéines de gluten possible, ont été approuvées par la Congrégation pour la doctrine de la foi du Vatican.

On peut se procurer des hosties à très faible teneur en gluten par l’entremise de plusieurs sources. La congrégation des sœurs bénédictines de l’adoration perpétuelle du Missouri fabrique des hosties
contenant moins de 0,01 % de gluten. Elles sont produites dans un environnement sans gluten. Au Canada, la St. Robert Bellarmine Society d’Oakville, en Ontario, fabrique des hosties similaires.

Le pourcentage de gluten dans ces hosties équivaut à 100 ppm, une quantité habituellement considérée comme supérieure à la teneur jugée sans danger pour les personnes ayant la maladie coeliaque. Or, selon Ann Whelan du magazine Gluten Free Living, à cette échelle, une hostie ne contiendrait que 37 microgrammes de gluten, ce qui représente seulement une petite fraction des 10 milligrammes de la quantité de gluten quotidienne que les personnes atteintes de la maladie coeliaque peuvent manger de façon sécuritaire.

Autrement dit, même si la teneur en gluten d’une hostie calculée en parties par million surpasse le niveau normalement considéré comme sans danger, la « portion » est si petite qu’une personne qui n’en consomme qu’une seule demeure bien en deçà de la consommation de gluten quotidienne maximale suggérée. Pour atteindre ce niveau, une personne devrait ingérer environ 270 hosties en une journée.

Bon nombre de diocèses sont disposés à offrir une patène supplémentaire pour conserver les hosties à faible teneur en gluten de façon à ce qu’elles n’entrent pas en contact avec les hosties ordinaires. Vous devrez peut-être établir une marche à suivre pour aviser le prêtre célébrant lorsque vous allez à la messe afin de vous assurer que votre hostie soit prête.

Protestantisme – utilisation d’hosties

Certaines traditions protestantes utilisent des hosties pour la communion. Les personnes aux prises avec la maladie coeliaque ou une sensibilité au gluten peuvent recourir aux hosties à très faible teneur en gluten dont il a précédemment été question. L’entreprise Ener-G Foods fabrique des hosties sans gluten qu’on peut se procurer auprès de nombreuses sources, tant au Canada qu’aux États-Unis. Pour les personnes ayant de multiples allergies, ces hosties sont également exemptes de caséine, produits laitiers, levure, œufs, soya, noix et maïs.

Rappelons que vous devrez prendre les dispositions nécessaires pour que votre hostie soit présentée séparément des hosties ordinaires pour éviter toute contamination croisée.

Protestantisme – utilisation de pain

Bien que pratiquement toutes les congrégations qui utilisent du pain dans le cadre du rituel de la communion acceptent l’utilisation d’un pain sans gluten, vous devrez probablement prendre des dispositions pour vous assurer que votre pain ne soit pas contaminé par le pain de blé utilisé par les autres fidèles de la congrégation.

Certains apportent simplement leur propre pain et le consomment en compagnie des autres participants à la célébration. D’autres sont d’avis que le partage du pain entre fidèles est un aspect important du rituel de la communion. Dans ce cas, vous devez trouver une façon de séparer le pain sans gluten du pain ordinaire. Votre pain peut être placé dans un petit contenant dans la corbeille, emballé dans une pellicule de plastique et placé avec les autres morceaux de pain ou encore placé dans une corbeille à part. Certaines personnes ont affirmé être préoccupées par la possible obligation de s’asseoir dans une « section pour personnes atteintes de la maladie coeliaque » si du pain sans gluten était offert dans une corbeille séparée. Vous devrez peut-être faire preuve de créativité en travaillant de concert avec les dirigeants de votre église pour parvenir à une solution parfaite tant pour vous que pour le reste de la congrégation.

Judaïsme

Le principal problème lié au gluten dans la religion juive semble associé au partage des aliments pendant Pessah (la Pâque juive). Ironiquement, beaucoup d’aliments casher consommés pendant Pessah sont exempts de gluten, en raison de l’interdiction d’utiliser du gluten, sauf pour le matzo (pain azyme) ou la farine de matzo. Le problème, c’est que par définition, le matzo est fabriqué avec du blé, du seigle, de l’orge ou de l’épeautre. Certains mouvements juifs ne mangent aucun produit céréalier durant Pessah (« non gebrochts ») et la nourriture qu’ils consomment est naturellement exempte de gluten.

Il existe à l’heure actuelle plusieurs sources pour se procurer du matzo à l’avoine fabriqué avec de l’avoine sans gluten. On peut également se procurer du matzo fait avec de la fécule de pomme de terre ou de tapioca. Ce ne sont pas toutes les communautés juives qui acceptent ces types de matzo, mais leur présence sur le marché accroît la capacité d’inclusion de toute personne atteinte de la maladie coeliaque ou d’intolérance au gluten.

?>