Faire un don aujourd'hui

Six symptômes atypiques de la maladie cœliaque

Les symptômes les plus connus de la maladie cœliaque sont de nature digestive; diarrhée chronique, douleurs abdominales et perte de poids involontaire. Toutefois, la maladie cœliaque est bien plus qu’un trouble digestif. Certains des principaux symptômes atypiques sont l’anémie, la maladie des os, une concentration élevée des enzymes hépatiques, les problèmes neurologiques comme les migraines, la petite taille et les problèmes reproductifs. Apprenez-en davantage sur chacun d’eux ci-dessous.

Cliquez ici pour afficher le billet.

1. L’anémie

L’anémie est caractérisée par une carence en hémoglobine dans l’organisme. Ce terme se rapporte à une baisse du taux d’hémoglobine, une protéine importante présente dans les globules rouges et qui a la responsabilité de transporter l’oxygène aux tissus. Le fer, un minéral, et les vitamines B9 et B12, sont des nutriments importants dans la création de l’hémoglobine et des globules rouges. Une carence de l’un de ces nutriments peut mener à l’anémie. Les symptômes de l’anémie sont divers et comprennent une peau pâle, la fatigue, l’essoufflement, les étourdissements et les maux de tête.

La maladie cœliaque crée des dommages à la paroi intérieure de l’intestin grêle; cela mène à la malabsorption de nutriments comme le gras, les protéines, les glucides, les minéraux et les vitamines. L’anémie ferriprive est le type d’anémie le plus commun rencontré chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque. Tout cela survient parce que le fer est absorbé par le duodénum (la première partie de l’intestin grêle); cette partie même qui subit la majorité des lésions causées par l’ingestion de gluten. Une anémie causée par une carence en vitamines B9 ou B12 peut également survenir. Un patient peut présenter une carence de plus d’un nutriment. Même si le taux d’hémoglobine est normal, les réserves de fer de l’organisme sont souvent faibles.

L’anémie ferriprive est présentement l’une des présentations les plus communes de la maladie cœliaque chez les adultes. On peut rater le diagnostic de la maladie cœliaque, car on blâme un régime alimentaire faible en fer, les saignements dans l’intestin ou les pertes de fer en raison de règles abondantes. Le patient pourrait ne présenter aucun autre symptôme; menant ainsi à des retards de diagnostic.

Dès qu’un traitement basé sur un régime alimentaire sans gluten strict est entamé, l’intestin se répare et l’absorption de nutriments est améliorée; ce qui corrige l’anémie. En fonction du type d’anémie, la prise de suppléments oraux contenant du fer, du folate et de la vitamine B12 pourrait être nécessaire jusqu’à ce que l’hémoglobine se stabilise.

Point à retenir : La maladie cœliaque devrait être considérée chez les individus présentant une anémie ferriprive et qu’il n’y a aucune cause évidente de pertes sanguines et que ceux-ci présentent un piètre taux de réponse suite à la prise de suppléments oraux contenant du fer.

 

Téléchargez la Fiche de conseil sur le fer de l’ACMC pour apprendre comment augmenter votre apport en fer de manière sécuritaire.

 

– « Mon anémie m’a mené aux urgences, et j’ai dû recevoir une transfusion sanguine. On m’a fait passer un test de dépistage de la maladie cœliaque. Il s’est avéré positif. Voilà mon symptôme majeur de la maladie cœliaque; y compris les crampes d’estomac. »

– « J’ai souffert d’anémie toute ma vie jusqu’à ce qu’on diagnostique la MC lorsque j’étais dans la cinquantaine et que j’entame un régime alimentaire SG. Je n’ai jamais souffert de tous les symptômes de la MC durant l’enfance et au cours de ma vie adulte; je ne présentais que de la fatigue, de la constipation et un poids insuffisant. Vous devrez également faire tester votre niveau de vitamine B12, puisqu’une carence peut causer une anémie, et qu’il s’agit de la carence la plus commune de notre régime alimentaire. »

2. Les troubles osseux

Le calcium et la vitamine D sont d’importants nutriments nécessaires au développement d’os sains. La maladie cœliaque (MC) endommage la paroi intérieure de l’intestin grêle, causant une malabsorption des nutriments, comme le gras, les protéines, les glucides, les minéraux, comme le calcium, et les vitamines; notamment la vitamine D. Cela peut causer une fragilité osseuse (ostéoporose) et augmenter les risques de fractures.

La maladie cœliaque est l’une des causes de l’ostéoporose. Les patients peuvent présenter des douleurs osseuses chroniques ou des fractures fréquentes. Cela pourrait survenir sans symptômes intestinaux; voilà pourquoi le diagnostic de la MC pourrait être omis.

La santé osseuse devrait être évaluée chez les patients ayant reçu un diagnostic de MC et présentant des signes de malabsorption (diarrhée, perte de poids). On peut l’évaluer à l’aide d’un type de radiographie spécial nommé étude DXA de la densité osseuse. Cela permet de déterminer la quantité de calcium dans les os, comparativement aux autres individus du même âge et du même sexe.

Dès qu’un traitement basé sur un régime alimentaire sans gluten strict est entamé, l’intestin se répare et l’absorption de nutriments est améliorée; ce qui corrige l’ostéoporose. Des suppléments oraux de calcium et de vitamine D pourraient être requis. Un régime alimentaire riche en calcium et une activité physique régulière pourraient vous aider à maintenir la santé osseuse. Un test de suivi de la densité osseuse dans quelques années est nécessaire afin de documenter la rectification de l’ostéoporose.

Point à retenir : La maladie cœliaque devrait être considérée chez les individus atteints d’ostéoporose ou ayant souffert de multiples fractures sans que la cause soit évidente.

 

Téléchargez la Fiche de conseil sur le calcium de l’ACMC pour apprendre comment augmenter votre apport en calcium de manière sécuritaire.

– « J’ai 24 ans. J’ai reçu un diagnostic de maladie cœliaque en septembre et mon gastroentérologue m’a prescrit une ostéodensitométrie afin de voir si la maladie avait touché mes os. Les résultats ont démontré que ma densité osseuse était faible, puisque je n’absorbais pas de calcium depuis mon enfance. Je dois maintenant m’assurer de consommer la dose quotidienne prescrite de calcium et de faire de l’exercice (des activités sportives intenses et à impacts répétés afin de faire travailler mes os). L’an prochain, je passerai une autre ostéodensitométrie pour voir si mes efforts ont porté leurs fruits. »

– « Ma fille de onze ans a reçu un diagnostic en octobre et les médecins croient qu’elle a toujours été atteinte de la maladie cœliaque; les résultats de l’ostéodensitométrie ont démontré une faible densité osseuse et elle consomme maintenant 800 mg de calcium par jour afin de renverser les effets. »

3. Les problèmes médicaux hépatiques

Le corps humain possède un système immunitaire (des globules blancs) qui joue plusieurs rôles importants; y compris combattre des infections. Parfois, le système immunitaire peut se retourner contre l’organisme et endommager plusieurs organes. On les appelle les problèmes auto-immuns. Par exemple, le diabète de type 1 est un problème auto-immun au cours duquel le système immunitaire endommage les cellules du corps créant une importante hormone appelée insuline; celle-là même qui contrôle la glycémie. Le patient doit maintenant s’injecter de l’insuline pour le reste de sa vie.

La maladie cœliaque (MC) est un problème auto-immun au cours duquel le système immunitaire attaque la paroi intérieure de l’intestin grêle lorsqu’il y a présence de gluten (une protéine présente dans le blé, le seigle et l’orge). Toutefois, la MC est un problème auto-immun unique au cours duquel l’élimination du gluten du régime alimentaire peut permettre à l’intestin de se réparer et de retourner à son état normal.

Un patient atteint d’un problème auto-immun est plus à risque d’en développer une autre. L’hépatite auto-immune est une maladie auto-immune au cours de laquelle le foie est attaqué par le système immunitaire. (Le mot hépatite signifie inflammation du foie). L’hépatite a plusieurs causes. La consommation d’alcool, par exemple, peut provoquer une hépatite alcoolique. Les patients atteints de la MC risquent de développer une hépatite auto-immune et d’autres maladies auto-immunes du foie; comme une cholangite sclérosante primitive et une cirrhose biliaire primitive. Le contraire est aussi vrai; les patients atteints d’une hépatite auto-immune (et d’autres maladies hépatiques auto-immunes) sont plus à risque de développer la MC. En fait, il est recommandé que tous les patients atteints d’hépatite auto-immune subissent un dépistage de la MC.

Les enzymes hépatiques sont des substances chimiques présentes dans le foie qui sont sécrétées en petites quantités dans la circulation sanguine. L’un de ces groupes d’enzymes hépatiques se nomme transaminases (ALT et AST). Lorsqu’il y a inflammation du foie (hépatite), ces enzymes sont sécrétées en plus grande quantité. Certains patients atteints de la MC peuvent présenter ce type d’inflammation et un taux de transaminases élevé sans présenter d’autres symptômes. Cela peut causer, au fil du temps, des dommages importants au foie. Un diagnostic rapide de la MC est essentiel, puisqu’un régime alimentaire sans gluten aidera à réduire l’inflammation.

Pour les patients atteints de la MC qui souffrent des problèmes médicaux hépatiques auto-immuns ci-dessus, la prise de médicaments pourrait être nécessaire.

Point à retenir : Les individus présentant un niveau d’enzymes hépatiques élevé (transaminases) et dont la cause n’est pas claire devraient subir un dépistage de la maladie cœliaque, puisqu’un diagnostic et un traitement rapide à l’aide d’un régime alimentaire sans gluten aideront à résoudre le problème.

4. Les problèmes neurologiques

La maladie cœliaque (MC) peut poser plusieurs symptômes neurologiques. Les patients ayant déjà reçu un diagnostic de MC peuvent également développer des problèmes neurologiques.

La neuropathie périphérique est l’une des manifestations de la MC. Neuropathie signifie inflammation des nerfs du corps. Le patient pourrait présenter divers symptômes, y compris une sensation de picotements et d’engourdissement dans les bras et les jambes. Le folate, la vitamine B12 et la vitamine E sont les nutriments importants à la fonction nerveuse. Les dommages infligés à l’intestin grêle survenant lors de la MC peuvent mener à une carence en ces nutriments. Dans certains cas, la neuropathie est auto-immune. Puisque la MC est un problème auto-immun, les patients risquent de développer d’autres maladies auto-immunes; y compris la neuropathie auto-immune.

Il est suggéré qu’il y a une incidence plus élevée d’épilepsie (crises convulsives) chez les patients atteints de la MC. Toutefois, la relation de cause à effet exacte n’est pas toujours claire. La MC et l’épilepsie sont des problèmes médicaux communs auprès de la population générale, et il est possible que certains patients soient atteints des deux par pure coïncidence. Le folate est essentiel à la fonction cérébrale et une carence pourrait causer certaines des crises convulsives. Un type de problème neurologique particulier a été décrit chez les enfants souffrant de crises convulsives, en plus d’avoir des dépôts de calcium anormaux dans le cerveau et d’être atteints de la MC.

Une portion des patients souffrant de migraines pourraient également être atteints d’une MC non diagnostiquée. Le diagnostic de la MC devrait être envisagé, surtout si les migraines sont chroniques et inextricables.

Une ataxie causée par le gluten est un autre problème médical associé au gluten. Elle se démarque de la MC en ce sens que le dépistage par test sanguin (anticorps de tissu transglutaminase) s’avère négatif et qu’aucun dommage à l’intestin n’est observé lors de la biopsie.  L’ataxie correspond à une mauvaise coordination des mouvements et à une démarche irrégulière. L’ataxie causée par le gluten est une maladie à médiation immunitaire déclenchée par l’ingestion de gluten par des personnes génétiquement prédisposées. Elle cause des dommages à une partie du cerveau nommée le cervelet; celui-ci contrôle la coordination et les mouvements musculaires. L’ataxie causée par le gluten devrait être considérée lors du diagnostic différentiel de tous les individus atteints d’ataxie. Un diagnostic et un traitement précoces, ainsi qu’un régime alimentaire sans gluten peut réduire les symptômes liés à l’ataxie et empêcher sa progression. Les individus atteints d’ataxie causée par le gluten pourraient souffrir ou non de la MC.

Point à retenir : La maladie cœliaque devrait être considérée chez les individus présentant des problèmes neurologiques inexpliqués; y compris la neuropathie et les crises convulsives.

5. Les problèmes reproductifs

L’infertilité a plusieurs causes. Une cause des problèmes de fertilité inexpliqués est une maladie cœliaque (MC) non diagnostiquée.

La cause exacte de l’infertilité dans la MC n’est pas claire. En raison des dommages causés à l’intestin grêle, il pourrait y avoir une carence en acide folique, en zinc, et en sélénium; des nutriments essentiels à la santé génésique. Toutefois, ces nutriments sont normaux dans certains cas; d’autres facteurs devront donc jouer un rôle. Certaines femmes atteintes de la MC présentant un faible indice de masse corporelle (IMC), le taux d’hormones essentielles à la fertilité pourrait être modifié. Heureusement, les femmes ayant reçu un diagnostic de la MC et suivant un régime alimentaire sans gluten ne sont pas plus à risque de souffrir d’infertilité que la population générale.

Les femmes atteintes d’une MC non diagnostiquée sont également plus à risque de souffrir de fausses couches spontanées et de donner naissance à des bébés prématurés. Ces femmes devraient subir un dépistage de la MC grâce aux tests sérologiques appropriés.

Les hommes atteints d’une MC non diagnostiquée présentent également un risque important d’infertilité; bien que ce phénomène soit moins bien documenté.

Point à retenir : La maladie cœliaque devrait être considérée chez les individus présentant une infertilité inexpliquée; même en l’absence d’autres symptômes

– « Dans mon cas, j’ai souffert de fausses couches, puis j’ai accouché d’un garçon à 22 semaines de grossesse; il n’a pas survécu. J’ai ensuite accouché d’un autre garçon à 24 semaines de grossesse. Il a maintenant 15 ans et est très en santé! »

6. La petite taille

La maladie cœliaque (MC) peut se présenter sous la forme de la petite taille chez les enfants. La petite taille signifie que la taille de l’enfant est inférieure à celle attendue pour le poids, lorsque comparée aux autres enfants du même âge. Cela peut survenir avec ou sans les autres symptômes, comme les douleurs abdominales ou la diarrhée.

Il existe plusieurs causes à la petite taille chez les enfants. L’une des causes les plus communes de petite taille dans une famille est qu’un parent est lui-même de petite taille et que l’enfant possède le même profil génétique. Certains enfants présentent une taille normale à la naissance, mais leur croissance ralentit après un ou deux ans. Leur croissance se poursuit, mais ils demeurent de petite taille jusqu’à ce qu’ils atteignent la puberté et qu’une accélération de la croissance s’enclenche et que tout revienne à la normale. Cela s’appelle la petite taille constitutionnelle. Les enfants peuvent présenter une carence en hormone de croissance ou d’autres problèmes médicaux comme des maladies rénales; certains médicaments peuvent également affecter leur croissance.

La petite taille pourrait être la seule caractéristique clinique de la MC en l’absence d’autres symptômes. Chez des patients non sélectionnés dont la petite taille est étudiée, la prévalence de la MC varie de 2,9 % à 8,3 % La maladie cœliaque est beaucoup plus commune qu’une carence en hormone de croissance ou que toute autre cause organique de la petite taille.

La cause de la petite taille associée à la MC demeure vague. Les mécanismes proposés incluent les retards de croissance en raison d’une dénutrition généralisée ou sélective (p. ex., carence en zinc), des altérations au facteur de croissance analogue à l’insuline (IGF-1) et une faible réponse de la sécrétion de l’hormone de croissance après une stimulation qui revient en mode normal après le début d’un traitement à l’aide d’un régime alimentaire sans gluten. Nous ne savons pas si la perturbation de libération de l’hormone de croissance est liée à la dénutrition, à l’action des protéines de gluten circulant dans le cerveau ou au métabolisme anormal d’autres substances chimiques cérébrales.

La maladie cœliaque devrait être envisagée chez tous les enfants de petite taille. Le dépistage sérologique devrait être effectué avant qu’un bilan hormonal approfondi (et coûteux) ne soit effectué chez les enfants de petite taille. Heureusement, plusieurs enfants rattraperont leur retard de croissance après avoir commencé un traitement à l’aide d’un régime alimentaire sans gluten.

Point à retenir : La maladie cœliaque devrait être envisagée chez tous les enfants de petite taille, peu importe s’il présente d’autres symptômes ou non. Puisque la MC est un problème médical héréditaire ayant une grande prévalence chez les proches de premier ou de deuxième degré; il ne faut pas tenir pour acquis qu’il s’agit d’une « petite taille génétique », puisque d’autres membres de petite taille de la famille pourraient également être affectés par ce problème médical.

2020 Platinum Partner 2020 Gold Partner

Aidez-nous à changer la vie
des Canadiens sans gluten

thumb Donner thumb Bénévole thumb Partenaire thumb Magasinez

Restez à jour sur
les dernières nouvelles

Aidez-nous en
diffusant le mot.

Have a question? Ask CCA!



X
QUESTIONS?