Faire un don aujourd'hui

Symptômes atypiques de la maladie cœliaque.

Les symptômes les plus connus de la maladie cœliaque sont de nature digestive : diarrhée chronique, douleurs abdominales et perte de poids involontaire. Toutefois, la maladie cœliaque est bien plus qu’un trouble digestif. Certains des principaux symptômes atypiques sont l’anémie, la maladie des os, une concentration élevée des enzymes hépatiques, les problèmes neurologiques comme les migraines, la petite taille et les problèmes reproductifs. Apprenez-en davantage sur chacun d’eux ci-dessous.

Écoutez ce podcast instructif avec Dr Mohsin Rashid par Sue Jennett à propos des signes atypiques. 

Cliquez ici pour afficher l’infographie.

Dermatite herpétiforme

Ce terme est difficile à prononcer. « Derm » veut dire la peau et « atite » veut dire inflammation. « Herpéti » fait référence à l’herpès, un virus commun qui cause des feux sauvages, habituellement sur les lèvres. Parce qu’une éruption de la dermatite herpétiforme (DH) consiste en de petites cloques remplies de fluide ressemblant à une infection herpétique, elle est appelée herpétiforme ou comme de l’herpès. Cependant, la DH n’est pas causée par le virus de l’herpès. Elle est aussi appelée la maladie de Duhring-Brocq, nommée d’après le dermatologiste américain Dr Louis Duhring qui a décrit la pathologie en premier.

La dermatite herpétiforme est la « maladie cœliaque de la peau ».  Il s’agit d’un problème cutané présentant une éruption cutanée caractéristique accompagnée de démangeaisons et de sensations de brûlure intenses. Les zones touchées les plus communes sont les genoux, les coudes, le cuir chevelu, l’arrière du cou et les fesses. L’éruption cutanée est souvent symétrique.

Environ 10 % des patients avec la maladie cœliaque souffrent de DH. C’est moins commun chez les enfants. Le diagnostic de la DH peut être confirmé par une biopsie cutanée. L’intestin grêle de la majorité des patients souffrant de DH sont touchés, tout comme avec la maladie cœliaque. Par conséquent, une biopsie duodénale est souvent non requise. Le traitement comprend un régime alimentaire sans gluten strict à vie, et, dans certains cas, des médicaments.

Les problèmes médicaux associés à la peau sont communs au sein de la population générale. Alors comment pouvons-nous soupçonner la DH et la distinguer des autres causes d’éruptions? Deux caractéristiques sont importantes à considérer. Premièrement, l’éruption cutanée est de nature chronique et deuxièmement, elle démange extrêmement. C’est l’intensité de la démangeaison et la sensation de brûlure qui aide habituellement à distinguer la DH des autres problèmes cutanés causant des éruptions.

La maladie cœliaque et les maladies auto-immunes

Le corps humain a un système immunitaire qui aide à combattre les infections. Il s’agit d’un système sophistiqué comprenant plusieurs types de cellules qui jouent différents rôles importants pour tuer un organisme lorsqu’il envahit le corps humain. Le système immunitaire s’active lorsqu’un organisme comme un virus ou une bactérie entre dans le corps humain, mais il retourne en phase de repos une fois l’organisme tué.  Il est assez intelligent pour reconnaître ce qui fait partie de son propre corps et ce qui est étranger, venant de l’extérieur. Cependant, il arrive parfois que le système immunitaire devienne anormal et commence à reconnaître des parties du corps comme étant étrangères. Il se met alors à attaquer ces parties du corps, causant ainsi du dommage avec de sérieuses conséquences sur la santé. On les appelle les maladies « auto-immunes ».

Il y a plusieurs maladies auto-immunes connues. Un exemple est le diabète de type 1 où le système immunitaire attaque et détruit de façon permanente les cellules dans le corps qui produisent l’hormone nommée insuline. Lorsque ceci se produit, le patient doit alors avoir des injections d’insuline pour le reste de sa vie. Un autre exemple commun est la maladie thyroïdienne, où le système immunitaire détruit la thyroïde (une glande se trouvant dans le cou). Cela mène à un faible fonctionnement de la thyroïde et les individus en souffrant doivent prendre des hormones thyroïdiennes sous forme de pilule tous les jours. D’autres exemples de maladies auto-immunes comprennent le lupus, plusieurs scléroses, la polyarthrite rhumatoïde, etc.

La maladie cœliaque est aussi une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque les parois de l’intestin grêle et endommage les villosités intestinales (protrusions digitiformes sur les parois de l’intestin qui absorbent les nutriments). Cela peut mener à une variété de symptômes et à l’incapacité d’absorber correctement les nutriments. Cependant, la maladie cœliaque est unique parmi toutes les autres maladies auto-immunes parce que l’élément déclencheur qui active le système immunitaire et qui fait en sorte qu’il attaque l’intestin est connu; il s’agit du gluten. Une fois le gluten retiré du régime alimentaire, le processus d’auto-immunité qui cause les dommages s’arrête et l’intestin se rétablit.

Chez les patients atteints d’une maladie auto-immune, il y a un risque de développement d’une autre maladie auto-immune.  C’est pourquoi quelques patients atteints de la maladie cœliaque peuvent développer une deuxième (et une troisième) maladie auto-immune au cours de leurs vies. La plus courante est la maladie thyroïdienne auto-immune. En parallèle, les patients atteints d’une maladie auto-immune sont à risque de développer la maladie cœliaque. Environ 5 à 8 % des patients atteints de diabète de type 1, ainsi que de 2 à 5 % des patients atteints de la maladie thyroïdienne, développent la maladie cœliaque. Cela peut se produire autant chez les enfants que les adultes.

Il est important d’examiner les patients atteints d’une maladie auto-immune pour savoir s’ils sont atteints de la maladie cœliaque, mais aussi de suivre de près les patients atteints de la maladie cœliaque pour détecter tout développement d’une autre maladie auto-immune. Un régime alimentaire strict sans gluten pour les patients atteints de la maladie cœliaque pourrait réduire quelque peu le risque de développer une autre maladie auto-immune, mais ne l’élimine pas complètement.

La maladie cœliaque et les problèmes dentaires

La maladie cœliaque n’épargne aucune partie du corps. Une zone souvent touchée peut être la bouche. Des défauts de l’émail dentaire et des ulcères oraux (aphtes) peuvent survenir avec la maladie cœliaque.

L’émail est le revêtement extérieur des dents. Les défauts de l’émail dentaire qui se développent à cause de la maladie cœliaque, ainsi que le nombre de dents touchées, sont grandement associés au moment de l’apparition des symptômes. Les défauts surviennent le plus souvent dans les dents d’adulte et se développent habituellement avant l’âge de 7 ans lorsque les dents d’adulte sont en croissance. Les défauts de l’émail ont tendance à survenir de façon symétrique aux quatre sections de dents dans la bouche. Il y a différents niveaux de défauts de l’émail comme des petits trous, des rainures ou la perte complète de l’émail.

Quelques patients atteints de la maladie cœliaque peuvent avoir une éruption des dents retardée. Les ulcères aphteux buccaux fréquents (aphtes) est un autres signe de la maladie cœliaque. Chez certains patients, ils pourraient être le seul symptôme de la maladie cœliaque. Parfois, ils arrivent en raison d’un phénomène auto-immun. Ils ont tendance à s’améliorer avec un régime alimentaire sans gluten.

La maladie cœliaque et les problèmes articulaires

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire du corps humain attaque les parois de l’intestin grêle. Cela peut mener à une variété de symptômes et à l’incapacité d’absorber correctement les nutriments. Si un patient est atteint d’une maladie auto-immune, il y a un risque de développement d’une autre maladie auto-immune.

L’arthrite désigne l’inflammation des articulations. La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque les articulations du corps humain, causant ainsi de la douleur, de l’enflure et des dommages aux articulations. Quelques patients souffrant de la maladie cœliaque pourraient développer de l’arthrite. Avec la maladie cœliaque, la douleur aux articulations et aux os peut aussi survenir en raison d’ostéoporose suite à une carence en calcium et en vitamine D à cause de malabsorption. Parfois, l’arthrite peut être un indicateur de la maladie cœliaque.

 

 

 

 

L’anémie

L’anémie est caractérisée par une carence en hémoglobine dans l’organisme. Ce terme se rapporte à une baisse du taux d’hémoglobine, une protéine importante présente dans les globules rouges et qui a la responsabilité de transporter l’oxygène aux tissus. Le fer, un minéral, et les vitamines B9 et B12, sont des nutriments importants dans la création de l’hémoglobine et des globules rouges. Une carence de l’un de ces nutriments peut mener à l’anémie. Les symptômes de l’anémie sont divers et comprennent une peau pâle, la fatigue, l’essoufflement, les étourdissements et les maux de tête.

La maladie cœliaque crée des dommages à la paroi intérieure de l’intestin grêle; cela mène à la malabsorption de nutriments comme le gras, les protéines, les glucides, les minéraux et les vitamines. L’anémie ferriprive est le type d’anémie rencontré le plus couramment chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque. Tout cela survient parce que le fer est absorbé par le duodénum (la première partie de l’intestin grêle); cette partie même qui subit la majorité des lésions causées par l’ingestion de gluten. Une anémie causée par une carence en vitamines B9 ou B12 peut également survenir. Un patient peut présenter une carence de plus d’un nutriment. Même si le taux d’hémoglobine est normal, les réserves de fer de l’organisme sont souvent faibles.

L’anémie ferriprive est actuellement l’un des indicateurs les plus courants de la maladie cœliaque chez les adultes. On peut rater le diagnostic de la maladie cœliaque, car on blâme un régime alimentaire faible en fer, les saignements dans l’intestin ou les pertes de fer en raison de règles abondantes. Le patient pourrait ne présenter aucun autre symptôme, ce qui mène à des retards de diagnostic.

Dès qu’un traitement basé sur un régime alimentaire sans gluten strict est entamé, l’intestin se répare et l’absorption de nutriments est améliorée, ce qui corrige l’anémie. En fonction du type d’anémie, la prise de suppléments oraux contenant du fer, du folate et de la vitamine B12 pourrait être nécessaire jusqu’à ce que l’hémoglobine se stabilise.

Les troubles osseux

Le calcium et la vitamine D sont d’importants nutriments nécessaires au développement d’os sains. La maladie cœliaque (MC) endommage la paroi de l’intestin grêle, causant une malabsorption des nutriments, comme le gras, les protéines, les glucides, les minéraux, comme le calcium, et les vitamines, notamment la vitamine D. Cela peut causer une fragilité osseuse (ostéoporose) et augmenter les risques de fractures.

La maladie cœliaque est l’une des causes de l’ostéoporose. Les patients peuvent présenter des douleurs osseuses chroniques ou des fractures fréquentes. Cela pourrait survenir sans symptômes intestinaux; voilà pourquoi le diagnostic de la MC pourrait être raté.

La santé osseuse devrait être évaluée chez les patients ayant reçu un diagnostic de MC et présentant des signes de malabsorption (diarrhée, perte de poids). On peut l’évaluer à l’aide d’un type de radiographie spécial nommé étude DXA de la densité osseuse. Cela permet de déterminer la quantité de calcium dans les os, comparativement aux autres individus du même âge et du même sexe.

Dès qu’un traitement basé sur un régime alimentaire sans gluten strict est entamé, l’intestin se répare et l’absorption de nutriments est améliorée, ce qui corrige l’ostéoporose. Des suppléments oraux de calcium et de vitamine D pourraient être requis. Un régime alimentaire riche en calcium et une activité physique régulière pourraient vous aider à maintenir la santé osseuse. Un test de suivi de la densité osseuse dans quelques années est nécessaire afin de documenter la rectification de l’ostéoporose.

Les problèmes médicaux hépatiques

Le corps humain possède un système immunitaire (des globules blancs) qui joue plusieurs rôles importants, y compris la lutte contre les infections. Parfois, le système immunitaire peut se retourner contre l’organisme lui-même et endommager plusieurs organes. On les appelle les maladies auto-immunes. Par exemple, le diabète de type 1 est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire endommage les cellules du corps qui créent une hormone importante appelée insuline, celle-là même qui contrôle la glycémie. Le patient doit maintenant s’injecter de l’insuline pour le reste de sa vie.

La maladie cœliaque (MC) est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque la paroi de l’intestin grêle en présence de gluten (une protéine présente dans le blé, le seigle et l’orge). Toutefois, la MC est une maladie auto-immune unique en ce que l’élimination du gluten du régime alimentaire peut permettre à l’intestin de se réparer et de retourner à son état normal.

Un patient atteint d’une maladie auto-immune est plus à risque d’en développer une autre. L’hépatite auto-immune est une maladie auto-immune dans laquelle le foie est attaqué par le système immunitaire. (Le mot hépatite signifie inflammation du foie.) L’hépatite a plusieurs causes. La consommation d’alcool, par exemple, peut provoquer une hépatite alcoolique. Les patients atteints de la MC risquent de développer une hépatite auto-immune et d’autres maladies auto-immunes du foie, comme une cholangite sclérosante primitive et une cirrhose biliaire primitive. Le contraire est aussi vrai : les patients atteints d’une hépatite auto-immune (et d’autres maladies hépatiques auto-immunes) sont plus à risque de développer la MC. En fait, il est recommandé que tous les patients atteints d’hépatite auto-immune subissent un dépistage de la MC.

Les enzymes hépatiques sont des substances chimiques présentes dans le foie qui sont normalement libérées en petites quantités dans la circulation sanguine. L’un de ces groupes d’enzymes hépatiques se nomme transaminases (notamment la TGP et la TGO). Lorsqu’il y a inflammation du foie (hépatite), ces enzymes sont libérées dans la circulation sanguine en plus grande quantité. Certains patients atteints de la MC peuvent présenter ce type d’inflammation et un taux de transaminases élevé sans présenter d’autres symptômes. Cela peut causer, au fil du temps, des dommages importants au foie. Un diagnostic rapide de la MC est essentiel, puisqu’un régime alimentaire sans gluten aidera à réduire l’inflammation.

Chez les patients atteints de la MC qui sont atteints d’autres maladies hépatiques auto-immunes énumérées ci-dessus, la prise de médicaments pourrait être nécessaire.

Les problèmes neurologiques

La maladie cœliaque (MC) peut présenter plusieurs symptômes neurologiques. Les patients ayant déjà reçu un diagnostic de MC peuvent également développer des problèmes neurologiques.

La neuropathie périphérique est l’une des manifestations de la MC. Neuropathie signifie inflammation des nerfs du corps. Le patient pourrait présenter divers symptômes, y compris une sensation de picotements et d’engourdissement dans les bras et les jambes. Le folate, la vitamine B12 et la vitamine E sont les nutriments importants à la fonction nerveuse. Les dommages infligés à l’intestin grêle survenant lors de la MC peuvent mener à une carence en ces nutriments. Dans certains cas, la neuropathie est auto-immune. Puisque la MC est une maladie auto-immune, les patients risquent de développer d’autres maladies auto-immunes, y compris la neuropathie auto-immune.

Il est suggéré que l’incidence d’épilepsie (crises convulsives) est plus élevée chez les patients atteints de la MC. Toutefois, la relation de cause à effet exacte n’est pas toujours claire. La MC et l’épilepsie sont des problèmes médicaux courants auprès de la population générale, et il est possible que certains patients soient atteints des deux par pure coïncidence. Le folate est essentiel à la fonction cérébrale et une carence pourrait causer des crises convulsives dans certains cas. Un type de problème neurologique particulier a été décrit chez les enfants souffrant de crises convulsives, en plus d’avoir des dépôts de calcium anormaux dans le cerveau et d’être atteints de la MC.

Une portion des patients souffrant de migraines pourraient également être atteints d’une MC non diagnostiquée. Le diagnostic de la MC devrait être envisagé, surtout si les migraines sont chroniques et inextricables.

Une ataxie causée par le gluten est un autre problème médical associé au gluten. Elle se démarque de la MC en ce sens que le dépistage par test sanguin (anti-transglutaminase IgA) s’avère négatif et qu’aucun dommage à l’intestin n’est observé lors de la biopsie.  L’ataxie correspond à une mauvaise coordination des mouvements et à une démarche irrégulière. L’ataxie causée par le gluten est une maladie à médiation immunitaire déclenchée par l’ingestion de gluten par des personnes génétiquement prédisposées. Elle cause des dommages à une partie du cerveau nommée le cervelet; celui-ci contrôle la coordination et les mouvements musculaires. L’ataxie causée par le gluten devrait être considérée lors du diagnostic différentiel de toutes les personnes atteintes d’ataxie. Un diagnostic et un traitement précoces, ainsi qu’un régime alimentaire sans gluten peut réduire les symptômes liés à l’ataxie et empêcher sa progression. Les personnes atteintes d’ataxie causée par le gluten pourraient être atteintes ou non de la MC.

Les problèmes reproductifs

L’infertilité a plusieurs causes. Une cause des problèmes de fertilité inexpliqués est une maladie cœliaque (MC) non diagnostiquée.

La cause exacte de l’infertilité dans la MC n’est pas claire. En raison des dommages causés à l’intestin grêle, il pourrait y avoir une carence en acide folique, en zinc et en sélénium, des nutriments essentiels à la santé génésique. Toutefois, les niveaux de ces nutriments sont normaux dans certains cas; d’autres facteurs devront donc jouer un rôle. Certaines femmes atteintes de la MC présentant un faible indice de masse corporelle (IMC), le taux d’hormones essentielles à la fertilité pourrait être modifié. Heureusement, les femmes ayant reçu un diagnostic de la MC et suivant un régime alimentaire sans gluten ne sont pas plus à risque de souffrir d’infertilité que la population générale.

Les femmes atteintes d’une MC non diagnostiquée sont également plus à risque de souffrir de fausses couches spontanées et de donner naissance à des bébés prématurés. Ces femmes devraient subir un dépistage de la MC grâce aux tests sérologiques appropriés.

Les hommes atteints d’une MC non diagnostiquée présentent également un risque important d’infertilité, bien que ce phénomène soit moins bien documenté.

La petite taille

La maladie cœliaque (MC) peut se présenter sous la forme de la petite taille chez les enfants. La petite taille signifie que la taille de l’enfant est inférieure à celle attendue pour son poids, lorsque comparée aux autres enfants du même âge. Cela peut survenir avec ou sans d’autres symptômes comme les douleurs abdominales ou la diarrhée.

La petite taille chez les enfants a plusieurs causes. L’une des causes les plus courantes est la petite taille dite « familiale » car un parent est lui-même de petite taille et l’enfant possède le même profil génétique. Certains enfants présentent une taille normale à la naissance, mais leur croissance ralentit après un ou deux ans. Leur croissance se poursuit, mais ils demeurent de petite taille jusqu’à ce qu’ils atteignent la puberté et qu’une accélération de la croissance s’enclenche et que tout revienne à la normale. Cela s’appelle la petite taille constitutionnelle. Les enfants peuvent présenter une carence en hormone de croissance ou d’autres problèmes médicaux comme des maladies rénales; certains médicaments peuvent également affecter leur croissance.

La petite taille pourrait être la seule caractéristique clinique de la MC en l’absence d’autres symptômes. Chez des patients non sélectionnés dont la petite taille est étudiée, la prévalence de la MC varie de 2,9 % à 8,3 %. La maladie cœliaque est beaucoup plus courante qu’une carence en hormone de croissance ou que toute autre cause organique de la petite taille.

La cause de la petite taille associée à la MC demeure vague. Les mécanismes proposés comprennent les retards de croissance en raison d’une dénutrition généralisée ou sélective (p. ex. carence en zinc), des altérations au facteur de croissance analogue à l’insuline (IGF-1) et une faible réponse de la sécrétion de l’hormone de croissance après une stimulation qui revient à la normale après le début d’un traitement à l’aide d’un régime alimentaire sans gluten. Nous ne savons pas si la perturbation de la libération de l’hormone de croissance est liée à la dénutrition, à l’action des protéines de gluten circulant dans le cerveau ou au métabolisme anormal d’autres substances chimiques cérébrales.

La maladie cœliaque devrait être envisagée chez tous les enfants de petite taille. Le dépistage sérologique devrait être effectué avant qu’un bilan hormonal approfondi (et coûteux) ne soit effectué chez les enfants de petite taille. Heureusement, plusieurs enfants rattraperont leur retard de croissance après avoir commencé un traitement à l’aide d’un régime alimentaire sans gluten.

 

2021 Platinum Partner 2021 Platinum Partner 2021 Gold Partner More sponsors

Could It Be Celiac? Take the Symptom Checklist

Aidez-nous à changer la vie
des Canadiens sans gluten

thumb Donner thumb Bénévole thumb Partenaire thumb Magasinez

Restez à jour sur
les dernières nouvelles

Aidez-nous en
diffusant le mot.

Have a question? Ask CCA!



    X
    QUESTIONS?